nos artistes
art gallery
suisse (ch)
france (fr)
italie (it)
allemagne (de)
united kingdom

nufnuf-art 

accueil (french)

home (english)

sommaire

galeries

nouveauté

contactez-nous

livre d'or

livre d'or publié

conseilles d'or

sur nous

copyright

recherche web

statistique site

translation tool

nouveau

vernissages

 

œuvres
    en collection privée

œuvres récentes I
œuvres récentes II

■ agenda d'expositions
   personnelles / collectives

■ prix / presse
    publications


peintre, plasticien, journaliste et comédien né à sion (vs), le 21 avril 1962. concepteur et animateur de créactivité ® (créativité relationnelle), ateliers de groupe pour entreprises et particuliers.

jef gianadda : une esquisse de destin

son parcours aux aspects multiples affectionne les chemins de traverse, les retours sur soi, les pauses, les renaissances. il va où on ne l’attend pas.

comédien pour être acteur de sa vie à travers les rôles qu’il incarne, jef gianadda devient auteur dans son atelier de peintre. dans cette stupéfiante forge de l’être, le flamboiement des matières et des couleurs l’entraîne hors de lui-même, le confrontant aux spasmes du monde pour mieux toucher sur la toile le centre précieux de l’homme et le point d’équilibre souhaité pour sa propre personne.

autour de lui, de multiples objets attendent, inertes et prometteurs, que la main du sculpteur-assembleur qu’il est également leur offre une nouvelle vie aux couleurs de la sienne.

son âme, étonnée d’évoluer dans un univers si saturé d’objets vides, obscènes, “mort-nés de notre société ”, n’a pu se passer de les recueillir. dans cet atelier, ils vivent un secret espoir : être ou renaître, eux qui ont surgi sans un germe de vie.

jef gianadda, après le gîte offert dans son antre magique, va leur proposer une vibration « artistique », à eux qui ignorent tout de ce mot. Il se saisit de trois morceaux de tôle, probables avatars d’une voiture aujourd’hui anéantie, et s’ingénie à leur inventer une dignité. il les assemble. leur usure, leurs courbes s’animent, et surgit soudain la beauté d’un objet digne d’être regardé pour lui-même, libéré de l’existence vile et servile qui fut la sienne par la volonté toute-puissante d’une pensée utilitaire.

il est trop blessé par ce monde pour ne pas oser une confrontation, un doute et finalement une métamorphose. comme tout vrai artiste, il ne choisit pas, il avance. au gré des étapes qu’il a franchies, cet être noble, haut en couleurs étonnantes, mais préférant l’humilité d’une sobre présence, n’a pas choisi son siècle.

il aurait pu naître sur un haut plateau tibétain, il y a mille ans. il aurait pu voir le jour dans la grèce antique. il aurait pu vivre en une époque de légende respectueuse du silence et des âmes pures. non. il est né au XXe siècle. alors il a fallu faire face, subir ce déferlement de fer, de laideur et de tristesse mécanique. allait-il devenir musicien pour caresser la beauté ? ou aquarelliste pour contempler la lumière ? non. sa nature à la fois sautillante et grave lui a donné le courage – et le besoin – de plonger ses mains et son atelier au cœur d’un monde éructant à l’infini ses objets de pacotille, ses visages souillés, ses épaves et son cimetière d’images pour les besoins de sa tragi-comédie.

les objets-assemblages nés de ce face à face ne sauraient fonctionner sans la note d’humour qui affirme la nature décalée de ce travail. le grotesque nous tend les bras, le sourire nous désarme. et voilà que nous glissons vers le dérisoire et bientôt vers l’absurde. on pense alors à son ami jean tinguely qui, en faisant grincer le métal, a su être ludique et effrayant, fantaisiste et caustique.

lorsque jef gianadda créa l’installation qui réunissait vingt-quatre squelettes affublés de quelques éléments-signes de notre société du bonheur injectable par pilules-médicaments, les mêmes ingrédients étaient mobilisés. un tinguely, un ionesco s’y seraient trouvés en bonne compagnie.

quand gianadda le peintre aborde une toile, le spectre des émotions et des intentions est plus large. est-ce l’art pictural et sa grande tradition qui influent ? on peut le penser en contemplant ses œuvres datant de 2000-2006 : les matières sont au centre de ses préoccupations. un travail inlassable permet – de repentirs en interventions – d’atteindre une vibration qui est à la fois relief et lumière, structure et couleur.

l’artiste confie qu’il travaille à partir de “traces”. il interroge les marques imprimées par le temps, il recherche les blessures subies par toute matière. toutefois, cet itinéraire pictural a d’autres ambitions – presque esthétiques – puisque jef gianadda, pourtant aux prises avec ces traces malmenées, fragmentaires, douloureuses, aspire à une harmonie. comme si le sage tibétain qu’il aurait été en d’autres temps parlait en son âme et lui intimait d’atteindre un équilibre, une vibration spirituelle et peut-être un semblant de rédemption dans ce monde en tumulte.

alors le geste du peintre s’intériorise. son pinceau virevolte comme un danseur soufi. le sublime apparaît une fraction de seconde puis s’échappe au gré du travail pictural exigeant – et presque épuisant – que le peintre tente. de haute lutte. au prix de mille expérimentations. au risque de mille déceptions.

cette exigence intérieure, cette honnêteté fondamentale qui interdit de galvauder le talent sont les qualités d’un vrai peintre.

on ne s’étonne pas qu’il rencontre sur son chemin de nouvelles formes. ainsi le cercle apparaît-t-il dans son œuvre. rien à voir avec les cercles fermés – et figés – de l’illustre jasper johns. chez jef gianadda, le cercle surgit telle une trace, une figure parfaite rescapée des griffes du temps. un double mouvement l’anime : circulaire et concentrique. si bien qu’une puissante force nous aspire dans les profondeurs de son centre.

ce tourbillon, tel un cyclone, dévore la rumeur du monde. l’artiste y jette des images médiatisées ou des documents imprimés qui convoquent l’éphémère. le hasard du mouvement semble dominer. il n’en est rien.
jef gianadda ordonne, trace, peint, détruit, reprend tout matériau. ces cercles, dans leur rotation effrénée, osent un effort de remémoration et de compulsion des traces d’une époque à la chronologie explosée. l’âme du monde – pour une esquisse de destin ? – est interrogée, retravaillée, métamorphosée à travers la dynamique du cercle qui mène tantôt à l’éparpillement des énergies, tantôt au recentrage vers le cœur de l’être.

jacques biolley 2007  

visite d'atelier
« dans son atelier, un tableau sur le chevalet. le visiteur a l’impression que jef gianadda vient à l’instant d’y mettre la dernière touche : de grands champs bleus et rouges se découpent sur la toile blanche.

nouvelle peinture – nouveau style ? « non », répond jef étonné. pour lui, il s’agit juste des prémices d’un travail de loin pas encore prêt à accueillir le regard du public. et il en est ainsi de toutes ses toiles, à leur naissance. même apparence. grande peinture gestuelle. c’est ensuite qu’intervient son obsession, celle de couvrir et de recouvrir la surface d’innombrables couches successives. et la couleur-matière de se superposer à la couleur-matière. (…)

jef gianadda ne revendique ni une peinture gestuelle ni une peinture abstraite. il peint pour la peinture. uniquement. peinture sensible, exacte, jamais due au hasard. ses textures rappellent antoni tàpies, bien que la signification soit autre. les tableaux de jef gianadda suggèrent des vieux murs, des parois usées, une vie et un temps passés.

il émane une légère mélancolie de cette peinture. mélancolie qui trouve peut-être sa source dans les teintes sombres qui dominent la palette. nombre de pièces évoquent ainsi les cendres, que l’artiste utilise d’ailleurs en combinaison avec la masse colorée. (…)

chaque toile donne l’impression de receler un secret, puisque sous leur « épiderme » vibrent une multitude de strates colorées qui, tour à tour, l’espace d’un instant infini, ont été un tableau avant de disparaître sous de nouvelles visites du pinceau. (…)

pensif, mélancolique, avide de perfection pour ses tableaux, jef gianadda peintre révèle aussi un autre visage : celui qui vit dans ses objets. (…)

depuis des années, il collectionne des os (!), des petites choses hétéroclites et multicolores dénichées aux puces ou chez des antiquaires. de ses voyages en amérique du sud ou en asie il a rapporté mille souvenirs qui encombrent son atelier. tout ce qui peut être utile à la création de ses « sculptures » s’y trouve.

véritables colonnes vertébrales de tous ses objets, les tiges métalliques sont courbées dans de précises ondulations corporelles, avec un indéniable sens de la mise en scène. oui – jef gianadda met en scène. on retrouve le comédien et sa fibre théâtrale. (…)

                     erika billeter
                                ancienne directrice du musée cantonal vaudois des beaux-arts, 2001

de l'objet à la toile
« jef gianadda s’est fait connaître comme artiste de l’objet. jusqu’ici, son nom était associé à des pièces étranges et parfois surréalistes, des assemblages aux motifs empruntés au monde de la subculture (…) aujourd’hui, gianadda aborde pour la première fois la peinture, mais la source de son inspiration est très différente. il se consacre désormais au problème important de l’énergie lumineuse des couleurs. son travail se base sur des supports noirs dans lesquels il fait pénétrer ses couleurs de telle manière qu’elles se mettent à scintiller. il structure sa peinture en frottant ou en collant du sable et des pierres minuscules dans la masse colorée. il a également réalisé toute une série de pièces avec des épices, qui donnent un caractère très particulier au support. leurs teintes foncées et luisantes suggèrent l’atmosphère sacrée des icônes. avec leurs particules de matériaux, ces tableaux évoquent un regard plongé dans l’univers. lorsqu’on fait appel à l’imagination et à l’émotion, on voit le sable se transformer en étoile, le safran et le cumin devenir la constellation d’andromède.

                     erika billeter
                                ancienne directrice du musée cantonal vaudois des beaux-arts, 2000

dernière modification: 08 août 2017 webmaster@nufnuf-art.ch copyright © 2002-2017 art www.nufnuf-art.ch
jef gianadda